Tribune de Guillaume Guérin – Vivre à Limoges Septembre 2019

L’été s’achève et cette rentrée, la dernière avant les prochaines échéances électorales, s’annonce d’ores et déjà passionnante. De nombreux chantiers entrepris en début de mandature sont sur le point d’être achevés, d’autres d’envergure, bien que les évolutions ne soient pas tape à l’œil, avancent dans la discrétion.

N’est-ce pas là au fond le devoir essentiel d’une équipe municipale ; travailler sans relâche au service de chacune et de chacun d’entre vous ! Depuis maintenant 5 ans, la majorité munici-pale conduite par Émile Roger Lombertie n’a eu de cesse de s’engager au service de tous les Limougeauds. Que vous soyez habitants du centre-ville, habitants des quartiers, vous avez tous pu constater que cette municipalité agit tant sur les sujets du quotidien avec pour exemple les très nombreux chantiers de voirie que sur les chantiers du Limoges de demain (programme de rénovation urbaine (21 millions d’euros pour le programme La Bastide 2020 dont 13,8 mil-lions d’euros pour la construction de l’EHPAD Marcel Faure / à Beaubreuil, 900 000 euros pour le Pôle enfance Sanfourche, 220 000 euros pour le Streetwork out et 191 000 eu-ros pour le City stade / au Val de l’Aurence, 2,670 millions d’euros pour le gymnase Henri Normand, 1,4 million d’euros pour l’espace Lucien Neuwirth et 1,8 million d’euros pour la résidentalisation des secteurs Franchet d’Espérey et Maréchal Juin), réfection des 2 halles (Carnot : 500 000 euros / Centrales : 6 millions d’euros), aménagement du site d’Uzu-rat (240 000 euros) et des bords de Vienne (825 000 euros), réaménagement de la place de la République (5 millions d’euros pour la 1re tranche), achèvement du stade, …Certains pourront bien évidemment contester nos choix , mais si la critique est aisée l’art est difficile.

Mais cette critique permanente devient d’ailleurs grotesque lorsqu’elle émane de ceux qui pendant des décennies ont exercé le pouvoir… Posons-nous les bonnes questions : – Pourquoi la majorité municipale d’Émile Roger Lombertie, sous la houlette de Vincent Jalby, a-t-elle eu besoin d’injecter (près de 2 millions d’euros par an) dans la réfection des écoles de la ville ? –

Pourquoi avons-nous eu besoin d’engager et d’anticiper un processus de réhabilitation des EPHAD (Marcel Faure/ Joseph de Leobardy) ?- Pourquoi avons-nous dû programmer des tra-vaux de voirie et d’assainissement importants et urgents ? Tout simplement car ceux qui se complaisent dans la critique professionnelle depuis 2014 n’avaient rien fait en la matière au cours des 2 dernières décennies.Autre exemple flagrant de l’incurie de nos opposants professionnels ; le stade de Beau-blanc qui a très récemment reçu au cours d’un superbe moment de convivialité deux équipes du TOP 14 de rugby, est enfin terminé mais à quel prix…Les surcoûts nécessaires au câblage des mo-niteurs et au mobilier pour les réceptifs, éva-lués à 2 millions d’euros laissent percevoir un immense amateurisme quant à la planification initiale de ce chantier. Fort heureusement la détermination du maire, le travail discret mais efficace des services puis de nos conseils ont permis d’obtenir un protocole d’accord faisant récupérer au contri-buable près de 7 millions d’euros, du jamais vu ailleurs en la matière, preuve que la détermina-tion paie toujours.

Alors, en cette rentrée, comme depuis le 1er jour de notre arrivée aux affaires, nous travaillerons sans relâche et sans esprit partisan au service de chacune et de chacun d’entre vous.Conduire la politique municipale, c’est antici-per les chantiers nécessaires à la vie du quoti-dien, c’est planifier le Limoges de demain, c’est être en mesure de comprendre l’environnement qui nous entoure pour mieux appréhender les défis futurs. Conduire la politique municipale, c’est être capable de soutenir des initiatives privées au-dacieuses, telles que certaines sont aujourd’hui portées par nos chefs d’entreprises.

Conduire une politique municipale, c’est savoir faire des choix novateurs sans qu’ils ne soient guidés par de l’opportunisme politique.La majorité municipale d’Émile Roger Lomber-tie n’a pas attendu la poussée électorale des écologistes pour faire de la lutte contre les perturbateurs endocriniens dans les crèches sa priorité, pas plus que pour promouvoir le bio et les circuits courts dans nos cantines. Conduire la politique municipale, c’est être capable de travailler ensemble au-delà des obédiences partisanes, dans l’unique but de promouvoir la cité et de défendre l’intérêt de ses habitants.

Pour ce faire, il faut un chef d’or-chestre rassembleur et fédérateur, le maire de Limoges Émile Roger Lombertie a réussi ce pari, réunir des hommes et des femmes de sensibilités différentes dont le seul objectif est l’engagement au service de leurs concitoyens car ils ont avant tout Limoges au cœur !


UMP Haute-Vienne